AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 histoire sans fin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Troy Bolton

avatar

Masculin Nombre de messages : 506
Age : 24
Localisation : Sur le terrain de basket, ou dehors avec Gabriella ^^
Phrase perso : Met toute ton coeur dans le jeu !
Date d'inscription : 19/04/2007

Votre personnage
Amis/Ennemis:
Camp: Sportif
Humeur:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: histoire sans fin   Jeu 27 Déc - 3:24

Ce matin, le soleil ne s'est pas levé et le plus sombre jour de mon histoire commença. Je n'était pas encore réveillé que je tomba de mon lit je regardai l'heure : 8 heures 36 minutes et 49 secondes. J'étais en retard, je n'avais pas entendu mon réveil et je me débâtis alors avec mes draps pour pouvoir me lever. Je réussi à m'en sortir ou bout de quelques secondes, je me leva puis, pour garder mon équilibre, je m'appuya sur ma table de chevet, elle n'était pas assez près et je ne l'avais pas remarqué alors de nouveau je tombe par terre. Comme d'habitude, j'ouvre enfin les yeux correctement, m'ayant habituer à l'obscurité mais ne vit rien, rien a part deux gros yeux jaunes qui me flanquèrent une peur bleue. C'était mon chat, et j'en eu la confirmation lorsque j'entendis un miaulement. Soulagé, je cherchais à tâtons l'interrupteur qui se trouvait juste à côté de la porte de ma chambre alors je me mit à avancer vers celle-ci quand je me pris les pieds dans mon tapis et m'étalait sur le sol dans un bruit sourd qui aurait très bien pu réveiller un mort. On accourut alors de ma chambre, mais n'ayant pas eu le temps de me relever, je me pris la porte en pleine tête.
Je me releva avec peine pendant que l'intrus de la maison regardait autour de lui, j'étais caché derrière la porte et cet personne ne m'avait rien de familier... Je ne savais pas qui c'était! JE glissa donc jusqu'au coin le plus retirer, le plus sombre de la chambre avec l'agilité, la souplesse et le silence d'un chat, ce qui était rare chez moi, et me cacha sous mon lit. Cette personne que je ne connaissait pas avait ma batte de baseball dans les mains, elle avait aussi un sac et cet étranger semblait être un homme. Bizarrement la personne repartie. Quel coup de chance ! Je sortis de en dessous le lit et quelque chose tomba, l'étranger revint dans la chambre, je penses avoir parlé trop vite... Tapie dans l'ombre, je ne bougea plus, je n'avais pas envie de me faire assumée moi!
L'homme ressortit après un petit temps d'hésitation puis j'entendis la porte d'entrée se refermer, je regarda l'homme par la fenêtre, il partait. J'entendis mon téléphone qui était dans ma chambre sonner, je tendit la main vers lui et décrocha :
"Allo?
-Plus que trois heures...
-Qui est à l'appareil?
-Plus que trois heures...
-Répondez!
-Plus que deux heures cinquante-neuf minutes...
-Mais...qui êtes vous ?"
-...
-Allo ?
-Plus que deux heures cinquante-huit minutes..."
Je gardais mon portable contre l'oreille et me dirigea vers la fenêtre, je ne voyait plus l'étranger qui était chez moi il y a quelques secondes, qui pouvait m'appeler et pourquoi trois heures ? Je raccrocha le téléphone en entendant le bip qui disait qu'il n'y avait plus personne au bout du fil puis me laissa tomber contre le mur plongé dans l'obscurité, j'ai peur, j'ai le cœur qui bat vite, très vite, trop vite. Je respire doucement attendant simplement que le soleil se lève, que je me réveille de ce cauchemar... Bien sur, il restait encore beaucoup de temps avant qu'il ne se lève et moi je restait là, contre ce mur, à l'attendre. J'attendis de longues minutes qui paraissaient des heures. Je fermais les yeux quand le téléphone resonna, je regarda l'écran. Numéro invisible.

"Plus que deux heures...
-Pourquoi faire???
-Vous voulez vraiment le savoir?
-Oui!!
-Vous devez attendre encore une heure cinquante-neuf minutes."

Plus de bruit, il avait raccrocher, mon dieu, qu'est-ce que je vais faire? Et pourquoi cet homme me faisait un compte à rebours à quoi correspondait cette heure ? Un tas de scénarios, plus abominables les uns que les autres fleurissaient dans ma tête, et si à la fin de ce compte à rebours la mort m'attendait ! Je ne pouvais m'y résoudre, mais que faire... Mon corps tremblait, j'étais terrorisé. Je ne savais plus quel jour nous étions, je ne savait pas quelle heure il était, je n'osait même pas bouger pour regarder mon réveil, la seule chose qui me rappelait quand on bougeait dans le temps était la sonnerie. Cette sonnerie... Qu'est-ce qu'elle annonçait à la fin? Je cru entendre mon téléphone sonner, mais je m'étais tromper, sans doute un effet de la peur, non, le téléphone sonnait bien, sauf que cette fois je n'entendais rien, j'écoutais plus attentivement puis un cri percent retentit dans l'appareil, je sursauta, je cherchais mes mots, je ne savais plus articuler tellement j'étais perturber, lorsque j'allais parler j'entendis bip,bip,bip ... Si ça continuait j'allais devenir cinglé ... C'est alors que je vis le numéro du dernier appel s'afficher, le doigt tremblant, je pressa la touche bis et porta mon téléphone à l'oreille:

"Allo? Allo?
-Bonjour, vous venez de m'appeler?
-Joana c'est toi?
-Oui, qui est a l'appareil?
-C'est Lya.
_on entendit un cri en bruit de fond_
-Qu'est-ce que c'était??
-Ah, je suis désolée je regardait un film d'horreur
-tu ne m'a pas appeler?
-non... Ah si désolée, je n'ai pas fais exprès, c'est mon portable, j'ai fait une fausse manœuvre
-Ah ouf ok...
-ça ne va pas?
-euh... Si si très bien.
-Ah euh, au faite...
-Attends excuse moi, je dois raccrocher, j'ai un double appel."

Les mains moites, j'appuya sur le bouton du deuxième appel.Je reconnus son souffle dans le téléphone, calme, régulier, tandis que moi j'étais au bord de la crise de nerfs, je me disais intérieurement de rester calme, de ne rien dire, d'attendre, mais je ne pu me retenir et j'hurla dans le téléphone :

- Mais qu'est-ce que vous me voulez !
-Ton temps est compté!


Des larmes vinrent se logées dans le coin de mes yeux, pourquoi fallait-t-il qu'une mésaventure pareille m'arrive à moi, qu'avais-je fais. L'homme étais toujours au téléphone j'attendis qu'il parle cette fois-ci, je tenais à la vie moi !

-Regarde par la fenêtre

J'allais parler mais c'était trop tard il avait raccroché ...
A peine avais-je laisser tomber mon portable qu'il ressonna. Toute tremblante, j'ouvris mon portable et la voix ressurgit.

"Au faite, il ne te reste plus qu'une heure cinquante huit à attendre
-Merci de me le rappeler espèce de 'bip' d''bip'!
-C'était avec plaisir.
-'BIP'"

Cette fois, ce fut moi qui balança mon portable à travers la pièce, il heurta le mur mais ne se cassa pas, il était tellement habitué à tomber qu'il s'y était habitué ^^. Après un long moment d'hésitation j'exécuta l'ordre de ce mystérieux homme, c'était vraiment fou comme histoire, si jamais je restais en vie personne ne voudrais me croire. Je m'approcha de la fenêtre d'un pas incertain et regardant de droite à gauche je n'apercevait rien, ni de près ni de loin, il jouait avec mes nerfs ...
Mais que voulait-il vraiment ? Que je devienne fou ? Et bien c'est fait, je m'apprêta à refermer la fenêtre quand je vis quelque chose bouger, quelque chose, ou plutôt quelqu'un habiller en noir, exactement comme l'étranger de tout à l'heure, c'était surement lui...

_________________
**Sauveteur en mer**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Montana
Modératrice de charme
Modératrice de charme
avatar

Féminin Nombre de messages : 318
Age : 25
Localisation : en cours ou en train de reviser ses cours xD ou peut être a chercher des idées pour son job^^
Côté Coeur : célibataire^^
Phrase perso : un idiot qui marche ira toujours plus loin qu'un intellectuel assis.
Date d'inscription : 29/08/2007

Votre personnage
Amis/Ennemis:
Camp: Artiste
Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: histoire sans fin   Jeu 19 Juin - 17:41

Ce matin, le soleil ne s'est pas levé et le plus sombre jour de mon histoire commença. Je n'était pas encore réveillé que je tomba de mon lit je regardai l'heure : 8 heures 36 minutes et 49 secondes. J'étais en retard, je n'avais pas entendu mon réveil et je me débâtis alors avec mes draps pour pouvoir me lever. Je réussi à m'en sortir ou bout de quelques secondes, je me leva puis, pour garder mon équilibre, je m'appuya sur ma table de chevet, elle n'était pas assez près et je ne l'avais pas remarqué alors de nouveau je tombe par terre. Comme d'habitude, j'ouvre enfin les yeux correctement, m'ayant habituer à l'obscurité mais ne vit rien, rien a part deux gros yeux jaunes qui me flanquèrent une peur bleue. C'était mon chat, et j'en eu la confirmation lorsque j'entendis un miaulement. Soulagé, je cherchais à tâtons l'interrupteur qui se trouvait juste à côté de la porte de ma chambre alors je me mit à avancer vers celle-ci quand je me pris les pieds dans mon tapis et m'étalait sur le sol dans un bruit sourd qui aurait très bien pu réveiller un mort. On accourut alors de ma chambre, mais n'ayant pas eu le temps de me relever, je me pris la porte en pleine tête.
Je me releva avec peine pendant que l'intrus de la maison regardait autour de lui, j'étais caché derrière la porte et cet personne ne m'avait rien de familier... Je ne savais pas qui c'était! JE glissa donc jusqu'au coin le plus retirer, le plus sombre de la chambre avec l'agilité, la souplesse et le silence d'un chat, ce qui était rare chez moi, et me cacha sous mon lit. Cette personne que je ne connaissait pas avait ma batte de baseball dans les mains, elle avait aussi un sac et cet étranger semblait être un homme. Bizarrement la personne repartie. Quel coup de chance ! Je sortis de en dessous le lit et quelque chose tomba, l'étranger revint dans la chambre, je penses avoir parlé trop vite... Tapie dans l'ombre, je ne bougea plus, je n'avais pas envie de me faire assumée moi!
L'homme ressortit après un petit temps d'hésitation puis j'entendis la porte d'entrée se refermer, je regarda l'homme par la fenêtre, il partait. J'entendis mon téléphone qui était dans ma chambre sonner, je tendit la main vers lui et décrocha :
"Allo?
-Plus que trois heures...
-Qui est à l'appareil?
-Plus que trois heures...
-Répondez!
-Plus que deux heures cinquante-neuf minutes...
-Mais...qui êtes vous ?"
-...
-Allo ?
-Plus que deux heures cinquante-huit minutes..."
Je gardais mon portable contre l'oreille et me dirigea vers la fenêtre, je ne voyait plus l'étranger qui était chez moi il y a quelques secondes, qui pouvait m'appeler et pourquoi trois heures ? Je raccrocha le téléphone en entendant le bip qui disait qu'il n'y avait plus personne au bout du fil puis me laissa tomber contre le mur plongé dans l'obscurité, j'ai peur, j'ai le cœur qui bat vite, très vite, trop vite. Je respire doucement attendant simplement que le soleil se lève, que je me réveille de ce cauchemar... Bien sur, il restait encore beaucoup de temps avant qu'il ne se lève et moi je restait là, contre ce mur, à l'attendre. J'attendis de longues minutes qui paraissaient des heures. Je fermais les yeux quand le téléphone resonna, je regarda l'écran. Numéro invisible.

"Plus que deux heures...
-Pourquoi faire???
-Vous voulez vraiment le savoir?
-Oui!!
-Vous devez attendre encore une heure cinquante-neuf minutes."

Plus de bruit, il avait raccrocher, mon dieu, qu'est-ce que je vais faire? Et pourquoi cet homme me faisait un compte à rebours à quoi correspondait cette heure ? Un tas de scénarios, plus abominables les uns que les autres fleurissaient dans ma tête, et si à la fin de ce compte à rebours la mort m'attendait ! Je ne pouvais m'y résoudre, mais que faire... Mon corps tremblait, j'étais terrorisé. Je ne savais plus quel jour nous étions, je ne savait pas quelle heure il était, je n'osait même pas bouger pour regarder mon réveil, la seule chose qui me rappelait quand on bougeait dans le temps était la sonnerie. Cette sonnerie... Qu'est-ce qu'elle annonçait à la fin? Je cru entendre mon téléphone sonner, mais je m'étais tromper, sans doute un effet de la peur, non, le téléphone sonnait bien, sauf que cette fois je n'entendais rien, j'écoutais plus attentivement puis un cri percent retentit dans l'appareil, je sursauta, je cherchais mes mots, je ne savais plus articuler tellement j'étais perturber, lorsque j'allais parler j'entendis bip,bip,bip ... Si ça continuait j'allais devenir cinglé ... C'est alors que je vis le numéro du dernier appel s'afficher, le doigt tremblant, je pressa la touche bis et porta mon téléphone à l'oreille:

"Allo? Allo?
-Bonjour, vous venez de m'appeler?
-Joana c'est toi?
-Oui, qui est a l'appareil?
-C'est Lya.
_on entendit un cri en bruit de fond_
-Qu'est-ce que c'était??
-Ah, je suis désolée je regardait un film d'horreur
-tu ne m'a pas appeler?
-non... Ah si désolée, je n'ai pas fais exprès, c'est mon portable, j'ai fait une fausse manœuvre
-Ah ouf ok...
-ça ne va pas?
-euh... Si si très bien.
-Ah euh, au faite...
-Attends excuse moi, je dois raccrocher, j'ai un double appel."

Les mains moites, j'appuya sur le bouton du deuxième appel.Je reconnus son souffle dans le téléphone, calme, régulier, tandis que moi j'étais au bord de la crise de nerfs, je me disais intérieurement de rester calme, de ne rien dire, d'attendre, mais je ne pu me retenir et j'hurla dans le téléphone :

- Mais qu'est-ce que vous me voulez !
-Ton temps est compté!


Des larmes vinrent se logées dans le coin de mes yeux, pourquoi fallait-t-il qu'une mésaventure pareille m'arrive à moi, qu'avais-je fais. L'homme étais toujours au téléphone j'attendis qu'il parle cette fois-ci, je tenais à la vie moi !

-Regarde par la fenêtre

J'allais parler mais c'était trop tard il avait raccroché ...
A peine avais-je laisser tomber mon portable qu'il ressonna. Toute tremblante, j'ouvris mon portable et la voix ressurgit.

"Au faite, il ne te reste plus que cinquante huit minutes à attendre
-Merci de me le rappeler espèce de 'bip' d''bip'!
-C'était avec plaisir.
-'BIP'"

Cette fois, ce fut moi qui balança mon portable à travers la pièce, il heurta le mur mais ne se cassa pas, il était tellement habitué à tomber qu'il s'y était habitué ^^. Après un long moment d'hésitation j'exécuta l'ordre de ce mystérieux homme, c'était vraiment fou comme histoire, si jamais je restais en vie personne ne voudrais me croire. Je m'approcha de la fenêtre d'un pas incertain et regardant de droite à gauche je n'apercevait rien, ni de près ni de loin, il jouait avec mes nerfs ...
Mais que voulait-il vraiment ? Que je devienne fou ? Et bien c'est fait, je m'apprêta à refermer la fenêtre quand je vis quelque chose bouger, quelque chose, ou plutôt quelqu'un habiller en noir, exactement comme l'étranger de tout à l'heure, c'était surement lui... Je reprit mon portable, qui était par terre à côté de moi, sans faire de gestes brusques, tout doucement. je devinait qu'il allait sonner... Comment je le savait? L'homme tenait quelque chose dans sa main qu'il venait de porter à son oreille. Voilà... Le portable re-vibre, une fois de plus... Je respire doucement, mon coeur ne cesse de tambouriné contre mes côtes, comme si il cherchait a sortir de cette prison. J'appuis sur la touche du téléphone.

"Plus que dix minutes...
-Pitié...
-Dix minutes dix minutes dix minutes dix minutes"

La voix résonnait en écho. Je marquait le numéro qui s'affichait sur mon portable sur une feuille, je commençait déjà à écrire une lettre d'adieu... Dix minutes et tout serait fini. Seuls les scénarios horribles restaient dans ma mémoire...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Troy Bolton

avatar

Masculin Nombre de messages : 506
Age : 24
Localisation : Sur le terrain de basket, ou dehors avec Gabriella ^^
Phrase perso : Met toute ton coeur dans le jeu !
Date d'inscription : 19/04/2007

Votre personnage
Amis/Ennemis:
Camp: Sportif
Humeur:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: histoire sans fin   Sam 21 Juin - 2:36

Ce matin, le soleil ne s'est pas levé et le plus sombre jour de mon histoire commença. Je n'était pas encore réveillé que je tomba de mon lit je regardai l'heure : 8 heures 36 minutes et 49 secondes. J'étais en retard, je n'avais pas entendu mon réveil et je me débâtis alors avec mes draps pour pouvoir me lever. Je réussi à m'en sortir ou bout de quelques secondes, je me leva puis, pour garder mon équilibre, je m'appuya sur ma table de chevet, elle n'était pas assez près et je ne l'avais pas remarqué alors de nouveau je tombe par terre. Comme d'habitude, j'ouvre enfin les yeux correctement, m'ayant habituer à l'obscurité mais ne vit rien, rien a part deux gros yeux jaunes qui me flanquèrent une peur bleue. C'était mon chat, et j'en eu la confirmation lorsque j'entendis un miaulement. Soulagé, je cherchais à tâtons l'interrupteur qui se trouvait juste à côté de la porte de ma chambre alors je me mit à avancer vers celle-ci quand je me pris les pieds dans mon tapis et m'étalait sur le sol dans un bruit sourd qui aurait très bien pu réveiller un mort. On accourut alors de ma chambre, mais n'ayant pas eu le temps de me relever, je me pris la porte en pleine tête.
Je me releva avec peine pendant que l'intrus de la maison regardait autour de lui, j'étais caché derrière la porte et cet personne ne m'avait rien de familier... Je ne savais pas qui c'était! JE glissa donc jusqu'au coin le plus retirer, le plus sombre de la chambre avec l'agilité, la souplesse et le silence d'un chat, ce qui était rare chez moi, et me cacha sous mon lit. Cette personne que je ne connaissait pas avait ma batte de baseball dans les mains, elle avait aussi un sac et cet étranger semblait être un homme. Bizarrement la personne repartie. Quel coup de chance ! Je sortis de en dessous le lit et quelque chose tomba, l'étranger revint dans la chambre, je penses avoir parlé trop vite... Tapie dans l'ombre, je ne bougea plus, je n'avais pas envie de me faire assumée moi!
L'homme ressortit après un petit temps d'hésitation puis j'entendis la porte d'entrée se refermer, je regarda l'homme par la fenêtre, il partait. J'entendis mon téléphone qui était dans ma chambre sonner, je tendit la main vers lui et décrocha :
"Allo?
-Plus que trois heures...
-Qui est à l'appareil?
-Plus que trois heures...
-Répondez!
-Plus que deux heures cinquante-neuf minutes...
-Mais...qui êtes vous ?"
-...
-Allo ?
-Plus que deux heures cinquante-huit minutes..."
Je gardais mon portable contre l'oreille et me dirigea vers la fenêtre, je ne voyait plus l'étranger qui était chez moi il y a quelques secondes, qui pouvait m'appeler et pourquoi trois heures ? Je raccrocha le téléphone en entendant le bip qui disait qu'il n'y avait plus personne au bout du fil puis me laissa tomber contre le mur plongé dans l'obscurité, j'ai peur, j'ai le cœur qui bat vite, très vite, trop vite. Je respire doucement attendant simplement que le soleil se lève, que je me réveille de ce cauchemar... Bien sur, il restait encore beaucoup de temps avant qu'il ne se lève et moi je restait là, contre ce mur, à l'attendre. J'attendis de longues minutes qui paraissaient des heures. Je fermais les yeux quand le téléphone resonna, je regarda l'écran. Numéro invisible.

"Plus que deux heures...
-Pourquoi faire???
-Vous voulez vraiment le savoir?
-Oui!!
-Vous devez attendre encore une heure cinquante-neuf minutes."

Plus de bruit, il avait raccrocher, mon dieu, qu'est-ce que je vais faire? Et pourquoi cet homme me faisait un compte à rebours à quoi correspondait cette heure ? Un tas de scénarios, plus abominables les uns que les autres fleurissaient dans ma tête, et si à la fin de ce compte à rebours la mort m'attendait ! Je ne pouvais m'y résoudre, mais que faire... Mon corps tremblait, j'étais terrorisé. Je ne savais plus quel jour nous étions, je ne savait pas quelle heure il était, je n'osait même pas bouger pour regarder mon réveil, la seule chose qui me rappelait quand on bougeait dans le temps était la sonnerie. Cette sonnerie... Qu'est-ce qu'elle annonçait à la fin? Je cru entendre mon téléphone sonner, mais je m'étais tromper, sans doute un effet de la peur, non, le téléphone sonnait bien, sauf que cette fois je n'entendais rien, j'écoutais plus attentivement puis un cri percent retentit dans l'appareil, je sursauta, je cherchais mes mots, je ne savais plus articuler tellement j'étais perturber, lorsque j'allais parler j'entendis bip,bip,bip ... Si ça continuait j'allais devenir cinglé ... C'est alors que je vis le numéro du dernier appel s'afficher, le doigt tremblant, je pressa la touche bis et porta mon téléphone à l'oreille:

"Allo? Allo?
-Bonjour, vous venez de m'appeler?
-Joana c'est toi?
-Oui, qui est a l'appareil?
-C'est Lya.
_on entendit un cri en bruit de fond_
-Qu'est-ce que c'était??
-Ah, je suis désolée je regardait un film d'horreur
-tu ne m'a pas appeler?
-non... Ah si désolée, je n'ai pas fais exprès, c'est mon portable, j'ai fait une fausse manœuvre
-Ah ouf ok...
-ça ne va pas?
-euh... Si si très bien.
-Ah euh, au faite...
-Attends excuse moi, je dois raccrocher, j'ai un double appel."

Les mains moites, j'appuya sur le bouton du deuxième appel.Je reconnus son souffle dans le téléphone, calme, régulier, tandis que moi j'étais au bord de la crise de nerfs, je me disais intérieurement de rester calme, de ne rien dire, d'attendre, mais je ne pu me retenir et j'hurla dans le téléphone :

- Mais qu'est-ce que vous me voulez !
-Ton temps est compté!


Des larmes vinrent se logées dans le coin de mes yeux, pourquoi fallait-t-il qu'une mésaventure pareille m'arrive à moi, qu'avais-je fais. L'homme étais toujours au téléphone j'attendis qu'il parle cette fois-ci, je tenais à la vie moi !

-Regarde par la fenêtre

J'allais parler mais c'était trop tard il avait raccroché ...
A peine avais-je laisser tomber mon portable qu'il ressonna. Toute tremblante, j'ouvris mon portable et la voix ressurgit.

"Au faite, il ne te reste plus que cinquante huit minutes à attendre
-Merci de me le rappeler espèce de 'bip' d''bip'!
-C'était avec plaisir.
-'BIP'"

Cette fois, ce fut moi qui balança mon portable à travers la pièce, il heurta le mur mais ne se cassa pas, il était tellement habitué à tomber qu'il s'y était habitué ^^. Après un long moment d'hésitation j'exécuta l'ordre de ce mystérieux homme, c'était vraiment fou comme histoire, si jamais je restais en vie personne ne voudrais me croire. Je m'approcha de la fenêtre d'un pas incertain et regardant de droite à gauche je n'apercevait rien, ni de près ni de loin, il jouait avec mes nerfs ...
Mais que voulait-il vraiment ? Que je devienne fou ? Et bien c'est fait, je m'apprêta à refermer la fenêtre quand je vis quelque chose bouger, quelque chose, ou plutôt quelqu'un habiller en noir, exactement comme l'étranger de tout à l'heure, c'était surement lui... Je reprit mon portable, qui était par terre à côté de moi, sans faire de gestes brusques, tout doucement. je devinait qu'il allait sonner... Comment je le savait? L'homme tenait quelque chose dans sa main qu'il venait de porter à son oreille. Voilà... Le portable re-vibre, une fois de plus... Je respire doucement, mon coeur ne cesse de tambouriné contre mes côtes, comme si il cherchait a sortir de cette prison. J'appuis sur la touche du téléphone.

"Plus que dix minutes...
-Pitié...
-Dix minutes dix minutes dix minutes dix minutes"

La voix résonnait en écho. Je marquait le numéro qui s'affichait sur mon portable sur une feuille, je commençait déjà à écrire une lettre d'adieu... Dix minutes et tout serait fini. Seuls les scénarios horribles restaient dans ma mémoire...
Je pris donc une feuille et un stylo... un stylo, où est mon stylo ? Ah oui... je plongea ma main dans le tiroir de ma table de chevet et en ressortit mon stylo que j'avais toujours sur moi normalement. Je commença alors à écrire ce que j'avais en tête...
"Si vous lisez cette lettre c'est surement que je suis mort ou alors qu'il m'est arrivé quelque chose. Je ne peux encore vous dire quoi, ce dont je suis sur...

_________________
**Sauveteur en mer**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Montana
Modératrice de charme
Modératrice de charme
avatar

Féminin Nombre de messages : 318
Age : 25
Localisation : en cours ou en train de reviser ses cours xD ou peut être a chercher des idées pour son job^^
Côté Coeur : célibataire^^
Phrase perso : un idiot qui marche ira toujours plus loin qu'un intellectuel assis.
Date d'inscription : 29/08/2007

Votre personnage
Amis/Ennemis:
Camp: Artiste
Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: histoire sans fin   Sam 21 Juin - 15:06

Ce matin, le soleil ne s'est pas levé et le plus sombre jour de mon histoire commença. Je n'était pas encore réveillé que je tomba de mon lit je regardai l'heure : 8 heures 36 minutes et 49 secondes. J'étais en retard, je n'avais pas entendu mon réveil et je me débâtis alors avec mes draps pour pouvoir me lever. Je réussi à m'en sortir ou bout de quelques secondes, je me leva puis, pour garder mon équilibre, je m'appuya sur ma table de chevet, elle n'était pas assez près et je ne l'avais pas remarqué alors de nouveau je tombe par terre. Comme d'habitude, j'ouvre enfin les yeux correctement, m'ayant habituer à l'obscurité mais ne vit rien, rien a part deux gros yeux jaunes qui me flanquèrent une peur bleue. C'était mon chat, et j'en eu la confirmation lorsque j'entendis un miaulement. Soulagé, je cherchais à tâtons l'interrupteur qui se trouvait juste à côté de la porte de ma chambre alors je me mit à avancer vers celle-ci quand je me pris les pieds dans mon tapis et m'étalait sur le sol dans un bruit sourd qui aurait très bien pu réveiller un mort. On accourut alors de ma chambre, mais n'ayant pas eu le temps de me relever, je me pris la porte en pleine tête.
Je me releva avec peine pendant que l'intrus de la maison regardait autour de lui, j'étais caché derrière la porte et cet personne ne m'avait rien de familier... Je ne savais pas qui c'était! JE glissa donc jusqu'au coin le plus retirer, le plus sombre de la chambre avec l'agilité, la souplesse et le silence d'un chat, ce qui était rare chez moi, et me cacha sous mon lit. Cette personne que je ne connaissait pas avait ma batte de baseball dans les mains, elle avait aussi un sac et cet étranger semblait être un homme. Bizarrement la personne repartie. Quel coup de chance ! Je sortis de en dessous le lit et quelque chose tomba, l'étranger revint dans la chambre, je penses avoir parlé trop vite... Tapie dans l'ombre, je ne bougea plus, je n'avais pas envie de me faire assumée moi!
L'homme ressortit après un petit temps d'hésitation puis j'entendis la porte d'entrée se refermer, je regarda l'homme par la fenêtre, il partait. J'entendis mon téléphone qui était dans ma chambre sonner, je tendit la main vers lui et décrocha :
"Allo?
-Plus que trois heures...
-Qui est à l'appareil?
-Plus que trois heures...
-Répondez!
-Plus que deux heures cinquante-neuf minutes...
-Mais...qui êtes vous ?"
-...
-Allo ?
-Plus que deux heures cinquante-huit minutes..."
Je gardais mon portable contre l'oreille et me dirigea vers la fenêtre, je ne voyait plus l'étranger qui était chez moi il y a quelques secondes, qui pouvait m'appeler et pourquoi trois heures ? Je raccrocha le téléphone en entendant le bip qui disait qu'il n'y avait plus personne au bout du fil puis me laissa tomber contre le mur plongé dans l'obscurité, j'ai peur, j'ai le cœur qui bat vite, très vite, trop vite. Je respire doucement attendant simplement que le soleil se lève, que je me réveille de ce cauchemar... Bien sur, il restait encore beaucoup de temps avant qu'il ne se lève et moi je restait là, contre ce mur, à l'attendre. J'attendis de longues minutes qui paraissaient des heures. Je fermais les yeux quand le téléphone resonna, je regarda l'écran. Numéro invisible.

"Plus que deux heures...
-Pourquoi faire???
-Vous voulez vraiment le savoir?
-Oui!!
-Vous devez attendre encore une heure cinquante-neuf minutes."

Plus de bruit, il avait raccrocher, mon dieu, qu'est-ce que je vais faire? Et pourquoi cet homme me faisait un compte à rebours à quoi correspondait cette heure ? Un tas de scénarios, plus abominables les uns que les autres fleurissaient dans ma tête, et si à la fin de ce compte à rebours la mort m'attendait ! Je ne pouvais m'y résoudre, mais que faire... Mon corps tremblait, j'étais terrorisé. Je ne savais plus quel jour nous étions, je ne savait pas quelle heure il était, je n'osait même pas bouger pour regarder mon réveil, la seule chose qui me rappelait quand on bougeait dans le temps était la sonnerie. Cette sonnerie... Qu'est-ce qu'elle annonçait à la fin? Je cru entendre mon téléphone sonner, mais je m'étais tromper, sans doute un effet de la peur, non, le téléphone sonnait bien, sauf que cette fois je n'entendais rien, j'écoutais plus attentivement puis un cri percent retentit dans l'appareil, je sursauta, je cherchais mes mots, je ne savais plus articuler tellement j'étais perturber, lorsque j'allais parler j'entendis bip,bip,bip ... Si ça continuait j'allais devenir cinglé ... C'est alors que je vis le numéro du dernier appel s'afficher, le doigt tremblant, je pressa la touche bis et porta mon téléphone à l'oreille:

"Allo? Allo?
-Bonjour, vous venez de m'appeler?
-Joana c'est toi?
-Oui, qui est a l'appareil?
-C'est Lya.
_on entendit un cri en bruit de fond_
-Qu'est-ce que c'était??
-Ah, je suis désolée je regardait un film d'horreur
-tu ne m'a pas appeler?
-non... Ah si désolée, je n'ai pas fais exprès, c'est mon portable, j'ai fait une fausse manœuvre
-Ah ouf ok...
-ça ne va pas?
-euh... Si si très bien.
-Ah euh, au faite...
-Attends excuse moi, je dois raccrocher, j'ai un double appel."

Les mains moites, j'appuya sur le bouton du deuxième appel.Je reconnus son souffle dans le téléphone, calme, régulier, tandis que moi j'étais au bord de la crise de nerfs, je me disais intérieurement de rester calme, de ne rien dire, d'attendre, mais je ne pu me retenir et j'hurla dans le téléphone :

- Mais qu'est-ce que vous me voulez !
-Ton temps est compté!


Des larmes vinrent se logées dans le coin de mes yeux, pourquoi fallait-t-il qu'une mésaventure pareille m'arrive à moi, qu'avais-je fais. L'homme étais toujours au téléphone j'attendis qu'il parle cette fois-ci, je tenais à la vie moi !

-Regarde par la fenêtre

J'allais parler mais c'était trop tard il avait raccroché ...
A peine avais-je laisser tomber mon portable qu'il ressonna. Toute tremblante, j'ouvris mon portable et la voix ressurgit.

"Au faite, il ne te reste plus que cinquante huit minutes à attendre
-Merci de me le rappeler espèce de 'bip' d''bip'!
-C'était avec plaisir.
-'BIP'"

Cette fois, ce fut moi qui balança mon portable à travers la pièce, il heurta le mur mais ne se cassa pas, il était tellement habitué à tomber qu'il s'y était habitué ^^. Après un long moment d'hésitation j'exécuta l'ordre de ce mystérieux homme, c'était vraiment fou comme histoire, si jamais je restais en vie personne ne voudrais me croire. Je m'approcha de la fenêtre d'un pas incertain et regardant de droite à gauche je n'apercevait rien, ni de près ni de loin, il jouait avec mes nerfs ...
Mais que voulait-il vraiment ? Que je devienne fou ? Et bien c'est fait, je m'apprêta à refermer la fenêtre quand je vis quelque chose bouger, quelque chose, ou plutôt quelqu'un habiller en noir, exactement comme l'étranger de tout à l'heure, c'était surement lui... Je reprit mon portable, qui était par terre à côté de moi, sans faire de gestes brusques, tout doucement. je devinait qu'il allait sonner... Comment je le savait? L'homme tenait quelque chose dans sa main qu'il venait de porter à son oreille. Voilà... Le portable re-vibre, une fois de plus... Je respire doucement, mon coeur ne cesse de tambouriné contre mes côtes, comme si il cherchait a sortir de cette prison. J'appuis sur la touche du téléphone.

"Plus que dix minutes...
-Pitié...
-Dix minutes dix minutes dix minutes dix minutes"

La voix résonnait en écho. Je marquait le numéro qui s'affichait sur mon portable sur une feuille, je commençait déjà à écrire une lettre d'adieu... Dix minutes et tout serait fini. Seuls les scénarios horribles restaient dans ma mémoire...
Je pris donc une feuille et un stylo... un stylo, où est mon stylo ? Ah oui... je plongea ma main dans le tiroir de ma table de chevet et en ressortit mon stylo que j'avais toujours sur moi normalement. Je commença alors à écrire ce que j'avais en tête...
"Si vous lisez cette lettre c'est surement que je suis morte ou alors qu'il m'est arrivé quelque chose. Je ne peux encore vous dire quoi, ce dont je suis sur...

Je n'eu pas le temps d'écrire autre chose que mon téléphone sonna. Je ne décrochai pas mais la personne insistait. Le répondeur se mit en marche, j'entendis la voix de l'homme que je redoutais.

"PLUS QUE CINQ MINUTES! DESCENDS DONC EN BAS, VA VOIR UN PEU DEHORS COMME IL FAIT BEAU!"

Qu'est-ce qui lui prenait à cet attardé mental?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Troy Bolton

avatar

Masculin Nombre de messages : 506
Age : 24
Localisation : Sur le terrain de basket, ou dehors avec Gabriella ^^
Phrase perso : Met toute ton coeur dans le jeu !
Date d'inscription : 19/04/2007

Votre personnage
Amis/Ennemis:
Camp: Sportif
Humeur:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: histoire sans fin   Lun 23 Juin - 2:48

Ce matin, le soleil ne s'est pas levé et le plus sombre jour de mon histoire commença. Je n'était pas encore réveillé que je tomba de mon lit je regardai l'heure : 8 heures 36 minutes et 49 secondes. J'étais en retard, je n'avais pas entendu mon réveil et je me débâtis alors avec mes draps pour pouvoir me lever. Je réussi à m'en sortir ou bout de quelques secondes, je me leva puis, pour garder mon équilibre, je m'appuya sur ma table de chevet, elle n'était pas assez près et je ne l'avais pas remarqué alors de nouveau je tombe par terre. Comme d'habitude, j'ouvre enfin les yeux correctement, m'ayant habituer à l'obscurité mais ne vit rien, rien a part deux gros yeux jaunes qui me flanquèrent une peur bleue. C'était mon chat, et j'en eu la confirmation lorsque j'entendis un miaulement. Soulagé, je cherchais à tâtons l'interrupteur qui se trouvait juste à côté de la porte de ma chambre alors je me mit à avancer vers celle-ci quand je me pris les pieds dans mon tapis et m'étalait sur le sol dans un bruit sourd qui aurait très bien pu réveiller un mort. On accourut alors de ma chambre, mais n'ayant pas eu le temps de me relever, je me pris la porte en pleine tête.
Je me releva avec peine pendant que l'intrus de la maison regardait autour de lui, j'étais caché derrière la porte et cet personne ne m'avait rien de familier... Je ne savais pas qui c'était! JE glissa donc jusqu'au coin le plus retirer, le plus sombre de la chambre avec l'agilité, la souplesse et le silence d'un chat, ce qui était rare chez moi, et me cacha sous mon lit. Cette personne que je ne connaissait pas avait ma batte de baseball dans les mains, elle avait aussi un sac et cet étranger semblait être un homme. Bizarrement la personne repartie. Quel coup de chance ! Je sortis de en dessous le lit et quelque chose tomba, l'étranger revint dans la chambre, je penses avoir parlé trop vite... Tapie dans l'ombre, je ne bougea plus, je n'avais pas envie de me faire assumée moi!
L'homme ressortit après un petit temps d'hésitation puis j'entendis la porte d'entrée se refermer, je regarda l'homme par la fenêtre, il partait. J'entendis mon téléphone qui était dans ma chambre sonner, je tendit la main vers lui et décrocha :
"Allo?
-Plus que trois heures...
-Qui est à l'appareil?
-Plus que trois heures...
-Répondez!
-Plus que deux heures cinquante-neuf minutes...
-Mais...qui êtes vous ?"
-...
-Allo ?
-Plus que deux heures cinquante-huit minutes..."
Je gardais mon portable contre l'oreille et me dirigea vers la fenêtre, je ne voyait plus l'étranger qui était chez moi il y a quelques secondes, qui pouvait m'appeler et pourquoi trois heures ? Je raccrocha le téléphone en entendant le bip qui disait qu'il n'y avait plus personne au bout du fil puis me laissa tomber contre le mur plongé dans l'obscurité, j'ai peur, j'ai le cœur qui bat vite, très vite, trop vite. Je respire doucement attendant simplement que le soleil se lève, que je me réveille de ce cauchemar... Bien sur, il restait encore beaucoup de temps avant qu'il ne se lève et moi je restait là, contre ce mur, à l'attendre. J'attendis de longues minutes qui paraissaient des heures. Je fermais les yeux quand le téléphone resonna, je regarda l'écran. Numéro invisible.

"Plus que deux heures...
-Pourquoi faire???
-Vous voulez vraiment le savoir?
-Oui!!
-Vous devez attendre encore une heure cinquante-neuf minutes."

Plus de bruit, il avait raccrocher, mon dieu, qu'est-ce que je vais faire? Et pourquoi cet homme me faisait un compte à rebours à quoi correspondait cette heure ? Un tas de scénarios, plus abominables les uns que les autres fleurissaient dans ma tête, et si à la fin de ce compte à rebours la mort m'attendait ! Je ne pouvais m'y résoudre, mais que faire... Mon corps tremblait, j'étais terrorisé. Je ne savais plus quel jour nous étions, je ne savait pas quelle heure il était, je n'osait même pas bouger pour regarder mon réveil, la seule chose qui me rappelait quand on bougeait dans le temps était la sonnerie. Cette sonnerie... Qu'est-ce qu'elle annonçait à la fin? Je cru entendre mon téléphone sonner, mais je m'étais tromper, sans doute un effet de la peur, non, le téléphone sonnait bien, sauf que cette fois je n'entendais rien, j'écoutais plus attentivement puis un cri percent retentit dans l'appareil, je sursauta, je cherchais mes mots, je ne savais plus articuler tellement j'étais perturber, lorsque j'allais parler j'entendis bip,bip,bip ... Si ça continuait j'allais devenir cinglé ... C'est alors que je vis le numéro du dernier appel s'afficher, le doigt tremblant, je pressa la touche bis et porta mon téléphone à l'oreille:

"Allo? Allo?
-Bonjour, vous venez de m'appeler?
-Joana c'est toi?
-Oui, qui est a l'appareil?
-C'est Lya.
_on entendit un cri en bruit de fond_
-Qu'est-ce que c'était??
-Ah, je suis désolée je regardait un film d'horreur
-tu ne m'a pas appeler?
-non... Ah si désolée, je n'ai pas fais exprès, c'est mon portable, j'ai fait une fausse manœuvre
-Ah ouf ok...
-ça ne va pas?
-euh... Si si très bien.
-Ah euh, au faite...
-Attends excuse moi, je dois raccrocher, j'ai un double appel."

Les mains moites, j'appuya sur le bouton du deuxième appel.Je reconnus son souffle dans le téléphone, calme, régulier, tandis que moi j'étais au bord de la crise de nerfs, je me disais intérieurement de rester calme, de ne rien dire, d'attendre, mais je ne pu me retenir et j'hurla dans le téléphone :

- Mais qu'est-ce que vous me voulez !
-Ton temps est compté!


Des larmes vinrent se logées dans le coin de mes yeux, pourquoi fallait-t-il qu'une mésaventure pareille m'arrive à moi, qu'avais-je fais. L'homme étais toujours au téléphone j'attendis qu'il parle cette fois-ci, je tenais à la vie moi !

-Regarde par la fenêtre

J'allais parler mais c'était trop tard il avait raccroché ...
A peine avais-je laisser tomber mon portable qu'il ressonna. Toute tremblante, j'ouvris mon portable et la voix ressurgit.

"Au faite, il ne te reste plus que cinquante huit minutes à attendre
-Merci de me le rappeler espèce de 'bip' d''bip'!
-C'était avec plaisir.
-'BIP'"

Cette fois, ce fut moi qui balança mon portable à travers la pièce, il heurta le mur mais ne se cassa pas, il était tellement habitué à tomber qu'il s'y était habitué ^^. Après un long moment d'hésitation j'exécuta l'ordre de ce mystérieux homme, c'était vraiment fou comme histoire, si jamais je restais en vie personne ne voudrais me croire. Je m'approcha de la fenêtre d'un pas incertain et regardant de droite à gauche je n'apercevait rien, ni de près ni de loin, il jouait avec mes nerfs ...
Mais que voulait-il vraiment ? Que je devienne fou ? Et bien c'est fait, je m'apprêta à refermer la fenêtre quand je vis quelque chose bouger, quelque chose, ou plutôt quelqu'un habiller en noir, exactement comme l'étranger de tout à l'heure, c'était surement lui... Je reprit mon portable, qui était par terre à côté de moi, sans faire de gestes brusques, tout doucement. je devinait qu'il allait sonner... Comment je le savait? L'homme tenait quelque chose dans sa main qu'il venait de porter à son oreille. Voilà... Le portable re-vibre, une fois de plus... Je respire doucement, mon coeur ne cesse de tambouriné contre mes côtes, comme si il cherchait a sortir de cette prison. J'appuis sur la touche du téléphone.

"Plus que dix minutes...
-Pitié...
-Dix minutes dix minutes dix minutes dix minutes"

La voix résonnait en écho. Je marquait le numéro qui s'affichait sur mon portable sur une feuille, je commençait déjà à écrire une lettre d'adieu... Dix minutes et tout serait fini. Seuls les scénarios horribles restaient dans ma mémoire...
Je pris donc une feuille et un stylo... un stylo, où est mon stylo ? Ah oui... je plongea ma main dans le tiroir de ma table de chevet et en ressortit mon stylo que j'avais toujours sur moi normalement. Je commença alors à écrire ce que j'avais en tête...
"Si vous lisez cette lettre c'est surement que je suis morte ou alors qu'il m'est arrivé quelque chose. Je ne peux encore vous dire quoi, ce dont je suis sur...
Je n'eu pas le temps d'écrire autre chose que mon téléphone sonna. Je ne décrochai pas mais la personne insistait. Le répondeur se mit en marche, j'entendis la voix de l'homme que je redoutais.

"PLUS QUE CINQ MINUTES! DESCENDS DONC EN BAS, VA VOIR UN PEU DEHORS COMME IL FAIT BEAU!"

Qu'est-ce qui lui prenait à cet attardé mental?
Il voulais vraiment que je le rejoigne en bas, il croit surement que je ne l'ai pas vu par la fenêtre... Que faire maintenant ? Il fallait que je reprenne confiance en moi, je respira un grand coup...

_________________
**Sauveteur en mer**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriella Montana
Modératrice de charme
Modératrice de charme
avatar

Féminin Nombre de messages : 318
Age : 25
Localisation : en cours ou en train de reviser ses cours xD ou peut être a chercher des idées pour son job^^
Côté Coeur : célibataire^^
Phrase perso : un idiot qui marche ira toujours plus loin qu'un intellectuel assis.
Date d'inscription : 29/08/2007

Votre personnage
Amis/Ennemis:
Camp: Artiste
Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: histoire sans fin   Mer 25 Juin - 23:35

Ce matin, le soleil ne s'est pas levé et le plus sombre jour de mon histoire commença. Je n'était pas encore réveillé que je tomba de mon lit je regardai l'heure : 8 heures 36 minutes et 49 secondes. J'étais en retard, je n'avais pas entendu mon réveil et je me débâtis alors avec mes draps pour pouvoir me lever. Je réussi à m'en sortir ou bout de quelques secondes, je me leva puis, pour garder mon équilibre, je m'appuya sur ma table de chevet, elle n'était pas assez près et je ne l'avais pas remarqué alors de nouveau je tombe par terre. Comme d'habitude, j'ouvre enfin les yeux correctement, m'ayant habituer à l'obscurité mais ne vit rien, rien a part deux gros yeux jaunes qui me flanquèrent une peur bleue. C'était mon chat, et j'en eu la confirmation lorsque j'entendis un miaulement. Soulagé, je cherchais à tâtons l'interrupteur qui se trouvait juste à côté de la porte de ma chambre alors je me mit à avancer vers celle-ci quand je me pris les pieds dans mon tapis et m'étalait sur le sol dans un bruit sourd qui aurait très bien pu réveiller un mort. On accourut alors de ma chambre, mais n'ayant pas eu le temps de me relever, je me pris la porte en pleine tête.
Je me releva avec peine pendant que l'intrus de la maison regardait autour de lui, j'étais caché derrière la porte et cet personne ne m'avait rien de familier... Je ne savais pas qui c'était! JE glissa donc jusqu'au coin le plus retirer, le plus sombre de la chambre avec l'agilité, la souplesse et le silence d'un chat, ce qui était rare chez moi, et me cacha sous mon lit. Cette personne que je ne connaissait pas avait ma batte de baseball dans les mains, elle avait aussi un sac et cet étranger semblait être un homme. Bizarrement la personne repartie. Quel coup de chance ! Je sortis de en dessous le lit et quelque chose tomba, l'étranger revint dans la chambre, je penses avoir parlé trop vite... Tapie dans l'ombre, je ne bougea plus, je n'avais pas envie de me faire assumée moi!
L'homme ressortit après un petit temps d'hésitation puis j'entendis la porte d'entrée se refermer, je regarda l'homme par la fenêtre, il partait. J'entendis mon téléphone qui était dans ma chambre sonner, je tendit la main vers lui et décrocha :
"Allo?
-Plus que trois heures...
-Qui est à l'appareil?
-Plus que trois heures...
-Répondez!
-Plus que deux heures cinquante-neuf minutes...
-Mais...qui êtes vous ?"
-...
-Allo ?
-Plus que deux heures cinquante-huit minutes..."
Je gardais mon portable contre l'oreille et me dirigea vers la fenêtre, je ne voyait plus l'étranger qui était chez moi il y a quelques secondes, qui pouvait m'appeler et pourquoi trois heures ? Je raccrocha le téléphone en entendant le bip qui disait qu'il n'y avait plus personne au bout du fil puis me laissa tomber contre le mur plongé dans l'obscurité, j'ai peur, j'ai le cœur qui bat vite, très vite, trop vite. Je respire doucement attendant simplement que le soleil se lève, que je me réveille de ce cauchemar... Bien sur, il restait encore beaucoup de temps avant qu'il ne se lève et moi je restait là, contre ce mur, à l'attendre. J'attendis de longues minutes qui paraissaient des heures. Je fermais les yeux quand le téléphone resonna, je regarda l'écran. Numéro invisible.

"Plus que deux heures...
-Pourquoi faire???
-Vous voulez vraiment le savoir?
-Oui!!
-Vous devez attendre encore une heure cinquante-neuf minutes."

Plus de bruit, il avait raccrocher, mon dieu, qu'est-ce que je vais faire? Et pourquoi cet homme me faisait un compte à rebours à quoi correspondait cette heure ? Un tas de scénarios, plus abominables les uns que les autres fleurissaient dans ma tête, et si à la fin de ce compte à rebours la mort m'attendait ! Je ne pouvais m'y résoudre, mais que faire... Mon corps tremblait, j'étais terrorisé. Je ne savais plus quel jour nous étions, je ne savait pas quelle heure il était, je n'osait même pas bouger pour regarder mon réveil, la seule chose qui me rappelait quand on bougeait dans le temps était la sonnerie. Cette sonnerie... Qu'est-ce qu'elle annonçait à la fin? Je cru entendre mon téléphone sonner, mais je m'étais tromper, sans doute un effet de la peur, non, le téléphone sonnait bien, sauf que cette fois je n'entendais rien, j'écoutais plus attentivement puis un cri percent retentit dans l'appareil, je sursauta, je cherchais mes mots, je ne savais plus articuler tellement j'étais perturber, lorsque j'allais parler j'entendis bip,bip,bip ... Si ça continuait j'allais devenir cinglé ... C'est alors que je vis le numéro du dernier appel s'afficher, le doigt tremblant, je pressa la touche bis et porta mon téléphone à l'oreille:

"Allo? Allo?
-Bonjour, vous venez de m'appeler?
-Joana c'est toi?
-Oui, qui est a l'appareil?
-C'est Lya.
_on entendit un cri en bruit de fond_
-Qu'est-ce que c'était??
-Ah, je suis désolée je regardait un film d'horreur
-tu ne m'a pas appeler?
-non... Ah si désolée, je n'ai pas fais exprès, c'est mon portable, j'ai fait une fausse manœuvre
-Ah ouf ok...
-ça ne va pas?
-euh... Si si très bien.
-Ah euh, au faite...
-Attends excuse moi, je dois raccrocher, j'ai un double appel."

Les mains moites, j'appuya sur le bouton du deuxième appel.Je reconnus son souffle dans le téléphone, calme, régulier, tandis que moi j'étais au bord de la crise de nerfs, je me disais intérieurement de rester calme, de ne rien dire, d'attendre, mais je ne pu me retenir et j'hurla dans le téléphone :

- Mais qu'est-ce que vous me voulez !
-Ton temps est compté!


Des larmes vinrent se logées dans le coin de mes yeux, pourquoi fallait-t-il qu'une mésaventure pareille m'arrive à moi, qu'avais-je fais. L'homme étais toujours au téléphone j'attendis qu'il parle cette fois-ci, je tenais à la vie moi !

-Regarde par la fenêtre

J'allais parler mais c'était trop tard il avait raccroché ...
A peine avais-je laisser tomber mon portable qu'il ressonna. Toute tremblante, j'ouvris mon portable et la voix ressurgit.

"Au faite, il ne te reste plus que cinquante huit minutes à attendre
-Merci de me le rappeler espèce de 'bip' d''bip'!
-C'était avec plaisir.
-'BIP'"

Cette fois, ce fut moi qui balança mon portable à travers la pièce, il heurta le mur mais ne se cassa pas, il était tellement habitué à tomber qu'il s'y était habitué ^^. Après un long moment d'hésitation j'exécuta l'ordre de ce mystérieux homme, c'était vraiment fou comme histoire, si jamais je restais en vie personne ne voudrais me croire. Je m'approcha de la fenêtre d'un pas incertain et regardant de droite à gauche je n'apercevait rien, ni de près ni de loin, il jouait avec mes nerfs ...
Mais que voulait-il vraiment ? Que je devienne fou ? Et bien c'est fait, je m'apprêta à refermer la fenêtre quand je vis quelque chose bouger, quelque chose, ou plutôt quelqu'un habiller en noir, exactement comme l'étranger de tout à l'heure, c'était surement lui... Je reprit mon portable, qui était par terre à côté de moi, sans faire de gestes brusques, tout doucement. je devinait qu'il allait sonner... Comment je le savait? L'homme tenait quelque chose dans sa main qu'il venait de porter à son oreille. Voilà... Le portable re-vibre, une fois de plus... Je respire doucement, mon coeur ne cesse de tambouriné contre mes côtes, comme si il cherchait a sortir de cette prison. J'appuis sur la touche du téléphone.

"Plus que dix minutes...
-Pitié...
-Dix minutes dix minutes dix minutes dix minutes"

La voix résonnait en écho. Je marquait le numéro qui s'affichait sur mon portable sur une feuille, je commençait déjà à écrire une lettre d'adieu... Dix minutes et tout serait fini. Seuls les scénarios horribles restaient dans ma mémoire...
Je pris donc une feuille et un stylo... un stylo, où est mon stylo ? Ah oui... je plongea ma main dans le tiroir de ma table de chevet et en ressortit mon stylo que j'avais toujours sur moi normalement. Je commença alors à écrire ce que j'avais en tête...
"Si vous lisez cette lettre c'est surement que je suis morte ou alors qu'il m'est arrivé quelque chose. Je ne peux encore vous dire quoi, ce dont je suis sur...
Je n'eu pas le temps d'écrire autre chose que mon téléphone sonna. Je ne décrochai pas mais la personne insistait. Le répondeur se mit en marche, j'entendis la voix de l'homme que je redoutais.

"PLUS QUE CINQ MINUTES! DESCENDS DONC EN BAS, VA VOIR UN PEU DEHORS COMME IL FAIT BEAU!"

Qu'est-ce qui lui prenait à cet attardé mental?
Il voulais vraiment que je le rejoigne en bas, il croit surement que je ne
l'ai pas vu par la fenêtre... Que faire maintenant ? Il fallait que je reprenne confiance en moi, je respira un grand coup...
Le téléphone ressonna une fois de plus. Combien de temps me restait-il? Je portais mon portable à mon oreille sans rien dire, la voix de l'homme résonna dans mes oreilles.

"J'ai été déçu que tu ne me réponde pas tout à l'heure...
-Je...Je n'ai pas entendu
-NE ME MENS PAS! Tu devrais descendre... De toute façon, si tu ne descends pas, c'est moi qui montrais... Prouve que tu as un peu de courage au moins...
-...
-Ah, et au faite, plus qu'une minute."

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Troy Bolton

avatar

Masculin Nombre de messages : 506
Age : 24
Localisation : Sur le terrain de basket, ou dehors avec Gabriella ^^
Phrase perso : Met toute ton coeur dans le jeu !
Date d'inscription : 19/04/2007

Votre personnage
Amis/Ennemis:
Camp: Sportif
Humeur:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: histoire sans fin   Jeu 26 Juin - 2:32

Ce matin, le soleil ne s'est pas levé et le plus sombre jour de mon histoire commença. Je n'était pas encore réveillé que je tomba de mon lit je regardai l'heure : 8 heures 36 minutes et 49 secondes. J'étais en retard, je n'avais pas entendu mon réveil et je me débâtis alors avec mes draps pour pouvoir me lever. Je réussi à m'en sortir ou bout de quelques secondes, je me leva puis, pour garder mon équilibre, je m'appuya sur ma table de chevet, elle n'était pas assez près et je ne l'avais pas remarqué alors de nouveau je tombe par terre. Comme d'habitude, j'ouvre enfin les yeux correctement, m'ayant habituer à l'obscurité mais ne vit rien, rien a part deux gros yeux jaunes qui me flanquèrent une peur bleue. C'était mon chat, et j'en eu la confirmation lorsque j'entendis un miaulement. Soulagé, je cherchais à tâtons l'interrupteur qui se trouvait juste à côté de la porte de ma chambre alors je me mit à avancer vers celle-ci quand je me pris les pieds dans mon tapis et m'étalait sur le sol dans un bruit sourd qui aurait très bien pu réveiller un mort. On accourut alors de ma chambre, mais n'ayant pas eu le temps de me relever, je me pris la porte en pleine tête.
Je me releva avec peine pendant que l'intrus de la maison regardait autour de lui, j'étais caché derrière la porte et cet personne ne m'avait rien de familier... Je ne savais pas qui c'était! JE glissa donc jusqu'au coin le plus retirer, le plus sombre de la chambre avec l'agilité, la souplesse et le silence d'un chat, ce qui était rare chez moi, et me cacha sous mon lit. Cette personne que je ne connaissait pas avait ma batte de baseball dans les mains, elle avait aussi un sac et cet étranger semblait être un homme. Bizarrement la personne repartie. Quel coup de chance ! Je sortis de en dessous le lit et quelque chose tomba, l'étranger revint dans la chambre, je penses avoir parlé trop vite... Tapie dans l'ombre, je ne bougea plus, je n'avais pas envie de me faire assumée moi!
L'homme ressortit après un petit temps d'hésitation puis j'entendis la porte d'entrée se refermer, je regarda l'homme par la fenêtre, il partait. J'entendis mon téléphone qui était dans ma chambre sonner, je tendit la main vers lui et décrocha :
"Allo?
-Plus que trois heures...
-Qui est à l'appareil?
-Plus que trois heures...
-Répondez!
-Plus que deux heures cinquante-neuf minutes...
-Mais...qui êtes vous ?"
-...
-Allo ?
-Plus que deux heures cinquante-huit minutes..."
Je gardais mon portable contre l'oreille et me dirigea vers la fenêtre, je ne voyait plus l'étranger qui était chez moi il y a quelques secondes, qui pouvait m'appeler et pourquoi trois heures ? Je raccrocha le téléphone en entendant le bip qui disait qu'il n'y avait plus personne au bout du fil puis me laissa tomber contre le mur plongé dans l'obscurité, j'ai peur, j'ai le cœur qui bat vite, très vite, trop vite. Je respire doucement attendant simplement que le soleil se lève, que je me réveille de ce cauchemar... Bien sur, il restait encore beaucoup de temps avant qu'il ne se lève et moi je restait là, contre ce mur, à l'attendre. J'attendis de longues minutes qui paraissaient des heures. Je fermais les yeux quand le téléphone resonna, je regarda l'écran. Numéro invisible.

"Plus que deux heures...
-Pourquoi faire???
-Vous voulez vraiment le savoir?
-Oui!!
-Vous devez attendre encore une heure cinquante-neuf minutes."

Plus de bruit, il avait raccrocher, mon dieu, qu'est-ce que je vais faire? Et pourquoi cet homme me faisait un compte à rebours à quoi correspondait cette heure ? Un tas de scénarios, plus abominables les uns que les autres fleurissaient dans ma tête, et si à la fin de ce compte à rebours la mort m'attendait ! Je ne pouvais m'y résoudre, mais que faire... Mon corps tremblait, j'étais terrorisé. Je ne savais plus quel jour nous étions, je ne savait pas quelle heure il était, je n'osait même pas bouger pour regarder mon réveil, la seule chose qui me rappelait quand on bougeait dans le temps était la sonnerie. Cette sonnerie... Qu'est-ce qu'elle annonçait à la fin? Je cru entendre mon téléphone sonner, mais je m'étais tromper, sans doute un effet de la peur, non, le téléphone sonnait bien, sauf que cette fois je n'entendais rien, j'écoutais plus attentivement puis un cri percent retentit dans l'appareil, je sursauta, je cherchais mes mots, je ne savais plus articuler tellement j'étais perturber, lorsque j'allais parler j'entendis bip,bip,bip ... Si ça continuait j'allais devenir cinglé ... C'est alors que je vis le numéro du dernier appel s'afficher, le doigt tremblant, je pressa la touche bis et porta mon téléphone à l'oreille:

"Allo? Allo?
-Bonjour, vous venez de m'appeler?
-Joana c'est toi?
-Oui, qui est a l'appareil?
-C'est Lya.
_on entendit un cri en bruit de fond_
-Qu'est-ce que c'était??
-Ah, je suis désolée je regardait un film d'horreur
-tu ne m'a pas appeler?
-non... Ah si désolée, je n'ai pas fais exprès, c'est mon portable, j'ai fait une fausse manœuvre
-Ah ouf ok...
-ça ne va pas?
-euh... Si si très bien.
-Ah euh, au faite...
-Attends excuse moi, je dois raccrocher, j'ai un double appel."

Les mains moites, j'appuya sur le bouton du deuxième appel.Je reconnus son souffle dans le téléphone, calme, régulier, tandis que moi j'étais au bord de la crise de nerfs, je me disais intérieurement de rester calme, de ne rien dire, d'attendre, mais je ne pu me retenir et j'hurla dans le téléphone :

- Mais qu'est-ce que vous me voulez !
-Ton temps est compté!


Des larmes vinrent se logées dans le coin de mes yeux, pourquoi fallait-t-il qu'une mésaventure pareille m'arrive à moi, qu'avais-je fais. L'homme étais toujours au téléphone j'attendis qu'il parle cette fois-ci, je tenais à la vie moi !

-Regarde par la fenêtre

J'allais parler mais c'était trop tard il avait raccroché ...
A peine avais-je laisser tomber mon portable qu'il ressonna. Toute tremblante, j'ouvris mon portable et la voix ressurgit.

"Au faite, il ne te reste plus que cinquante huit minutes à attendre
-Merci de me le rappeler espèce de 'bip' d''bip'!
-C'était avec plaisir.
-'BIP'"

Cette fois, ce fut moi qui balança mon portable à travers la pièce, il heurta le mur mais ne se cassa pas, il était tellement habitué à tomber qu'il s'y était habitué ^^. Après un long moment d'hésitation j'exécuta l'ordre de ce mystérieux homme, c'était vraiment fou comme histoire, si jamais je restais en vie personne ne voudrais me croire. Je m'approcha de la fenêtre d'un pas incertain et regardant de droite à gauche je n'apercevait rien, ni de près ni de loin, il jouait avec mes nerfs ...
Mais que voulait-il vraiment ? Que je devienne fou ? Et bien c'est fait, je m'apprêta à refermer la fenêtre quand je vis quelque chose bouger, quelque chose, ou plutôt quelqu'un habiller en noir, exactement comme l'étranger de tout à l'heure, c'était surement lui... Je reprit mon portable, qui était par terre à côté de moi, sans faire de gestes brusques, tout doucement. je devinait qu'il allait sonner... Comment je le savait? L'homme tenait quelque chose dans sa main qu'il venait de porter à son oreille. Voilà... Le portable re-vibre, une fois de plus... Je respire doucement, mon coeur ne cesse de tambouriné contre mes côtes, comme si il cherchait a sortir de cette prison. J'appuis sur la touche du téléphone.

"Plus que dix minutes...
-Pitié...
-Dix minutes dix minutes dix minutes dix minutes"

La voix résonnait en écho. Je marquait le numéro qui s'affichait sur mon portable sur une feuille, je commençait déjà à écrire une lettre d'adieu... Dix minutes et tout serait fini. Seuls les scénarios horribles restaient dans ma mémoire...
Je pris donc une feuille et un stylo... un stylo, où est mon stylo ? Ah oui... je plongea ma main dans le tiroir de ma table de chevet et en ressortit mon stylo que j'avais toujours sur moi normalement. Je commença alors à écrire ce que j'avais en tête...
"Si vous lisez cette lettre c'est surement que je suis morte ou alors qu'il m'est arrivé quelque chose. Je ne peux encore vous dire quoi, ce dont je suis sur...
Je n'eu pas le temps d'écrire autre chose que mon téléphone sonna. Je ne décrochai pas mais la personne insistait. Le répondeur se mit en marche, j'entendis la voix de l'homme que je redoutais.

"PLUS QUE CINQ MINUTES! DESCENDS DONC EN BAS, VA VOIR UN PEU DEHORS COMME IL FAIT BEAU!"

Qu'est-ce qui lui prenait à cet attardé mental?
Il voulais vraiment que je le rejoigne en bas, il croit surement que je ne l'ai pas vu par la fenêtre... Que faire maintenant ? Il fallait que je reprenne confiance en moi, je respira un grand coup... Le téléphone ressonna une fois de plus. Combien de temps me restait-il? Je portais mon portable à mon oreille sans rien dire, la voix de l'homme résonna dans mes oreilles.

"J'ai été déçu que tu ne me réponde pas tout à l'heure...
-Je...Je n'ai pas entendu
-NE ME MENS PAS! Tu devrais descendre... De toute façon, si tu ne descends pas, c'est moi qui montrais... Prouve que tu as un peu de courage au moins...
-...
-Ah, et au faite, plus qu'une minute."

Non mais... c'est une blague ou quoi ? Je ne comprend pas que me veut-il vraiment ?
Que je lui montre mon courage ou bien me faire du mal... je veux savoir... il n'y a qu'un moyen soit je l'attend, soit je descend... ou alors je peux peut être essayer de l'éviter en me cachant quelque part... que faire ?
Je jeta un œil à mon portable en réfléchissant... en fait... comment avait-il eu mon numéro ???

_________________
**Sauveteur en mer**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: histoire sans fin   

Revenir en haut Aller en bas
 
histoire sans fin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Histoire sans parole ...
» Films pas cons pour enfants de six ans
» un peuple sans histoire est un peuple sans avenir...
» l'histoire de l'Opinel
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enjoy Right Now :: Zone Hors Jeu :: Flood&Games'-
Sauter vers: